C- Développement

La rentabilité

 

Au total, Statkraft et les autres organismes norvégiens et européens ont dû investir 150 millions de couronnes dans ce projet, ce qui équivaut environ à 20 à 25 millions d’euro.

L’entreprise Statkraft ne mentionne toujours pas le coût de la future centrale type (construction prévu pour 2015) qui sera le premier exemplaire commercial de 25 MW (méga watts). Cette centrale pourra alimenter jusqu’à 10.000 de ménages et prévoit un coût de production de 50 à 100 euros le mégawatt par heure.

Actuellement la centrale produit très peu, uniquement 3 kW par heure, ceci correspond à la consommation d’un appareil électroménager. Ce prototype sert juste de base au développement futur de cette énergie.

La centrale pilote de 2015 a donc l’objectif de produire plus. Comme nous l’avons vu précédemment c’est l’efficacité des membranes qui va être améliorée. Ces membranes produisent actuellement 4 watts par mètre cube, l’efficacité attendu est de 6 watts par mètres cubes.

Le coût de production prévu (50 à 100 € le MW/h pour la centrale pilote) ferait alors de l'osmose une technologie compétitive, si l'on compare ces chiffres avec le prix moyen d'un mégawatt heure qui est de 160 euros dans l'Union Européenne ; ce prix comprenant en plus les frais de production.

Un des points importants à améliorer est donc l'efficacité de la membrane, qui permettrait de rendre rentable la production d'électricité par osmose.

Le développement possible

Une telle centrale ne produirait aucun rejet de CO2 dans l’atmosphère ou aucune autre pollution. C’est donc bien une énergie renouvelable qui serait produite. De plus cette énergie ne dépend pas du climat, elle fonctionnerait en permanence. Contrairement à certains  autres types d’énergies renouvelables, tel que l’éolien qui dépend du vent ou encore les panneaux photovoltaïques qui dépendent du soleil.

Intéressons-nous à présent aux estimations de production d'électricité futures grâce à l'osmose et à son potentiel à travers le monde comme le montre cette carte stylisée des principaux cours d’eaux mondiaux :

riviere-mode.png

La société Statkraft estime que 10 % de la production énergétique de la Norvège soit 12 TWh (1TW = 1012 watts) par an, pourrait être assuré par cette nouvelle source d'énergie renouvelable. Selon elle, l'énergie osmotique a un potentiel global de 1 700 TWh, soit l'équivalent de 50 % de la production d'électricité actuelle dans l'Union Européenne. Le potentiel pour l'Europe est quant à lui d'environ 180 TWh, ce qui correspondrait à plus d'un tiers de la consommation française d'électricité et le tout, sans perturber l'écosystème.

Voyons maintenant la part de la production d’énergie dans le monde que l’énergie osmotique pourrait occuper :

graphe-ssu.png

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site