B- Faisabilité

Faisabilité

Le prototype de Statkraft est situé en Norvège à Tofte, une petite ville à une cinquantaine de kilomètres d'Oslo. C'est dans une ex-usine de chlore en briques rouges sur les rives du fjord d'Oslo que la compagnie publique norvégienne Statkraft va tester et développer ce procédé potentiellement prometteur pour la planète.

Certaines conditions sont nécessaires à l’implantation d’une centrale osmotique :

- La profondeur des eaux doit être assez importante : comme nous l’avons vu précédemment  à Tofte l’eau est puisée à 35 mètre de profondeur.

-Le niveau d'eau dans la rivière doit être suffisant, particulièrement pendant des périodes de flux bas.

- L'eau ne doit pas être chargée en limons et autres particules pouvant colmater les micro-pores des membranes.

-Il faut avoir la possibilité de disposer d’eau douce la moins salée possible et d’eau de mer la plus salée possible pour produire un maximum d'électricité.

-On doit disposer d'un espace suffisant pour stocker une telle installation.

place.png                                            Exemple représentatif d’un lieu propice à l’implantation d’une centrale osmotique

 


Faisabilité dans notre région (corse)

Ce système de centrale osmotique peut s'intégrer dans des environnements très divers et bien plus propices que celui de Statkraft. En effet, « Tofte est l’un des pires endroits de la Norvège; ici, l’eau douce contient d’infimes particules organiques provenant de l’agriculture. Mais comme l’idée fonctionne ici, elle sera applicable partout », annonce Erik Stein Skilhagen (cet homme est le responsable du projet de centrale osmotique dans l’entreprise Statkraft).

Ainsi nous pouvons penser qu’en Corse une telle installation serait possible. Vérifions les caractéristiques précédentes pour l’embouchure d’un fleuve corse, le golo :

golo.png

-La profondeur des eaux salées : La profondeur jusqu’à 10 km des côtes varie de 2 à 50 mètres donc nous pourrions trouver facilement un endroit ou la profondeur est suffisante pour puiser de l’eau de mer.

-Le débit de l’eau : durant une période de 47 ans le niveau de l’eau du golo a été mesuré au niveau du village de Barchetta (commune de Volpajola) (donc suffisamment proche du niveau de la mer pour voir le débit qu’il a à l’embouchure.  Cette étude nous a montré que le débit moyen annuel est de 14,1 m 3 par seconde et qu’au moment où le fleuve est le plus bas (souvent au mois d’août) il ne descend pas en dessous de 2,48 m3. Par conséquent le débit sur la période devrait être suffisent à la mise en place d’une centrale osmotique qui fonctionnerait certainement moins durant l’été.

- Il semblerait qu’il n’y ait pas de présence de limons en grande quantité à l’embouchure du Golo.

- Comme nous pouvons le voir sur l’image satellite il semblerait que l’on dispose de suffisamment de place pour mettre en place une telle centrale car l’espace est une plaine qui n’est pas encore construite, il y a seulement des champs.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site